Quis separabit ? Comment l’unionisme nord-irlandais gère la menace d’un avenir post-colonial

par Wesley Hutchinson

Alors que la tradition nationaliste irlandaise analyse les rapports entre l’Irlande et la Grande-Bretagne selon le paradigme colonial, la tradition unioniste considère que l’Acte d’Union de 1800 a fait de l’île une « partie intégrante » d’un nouvel État fonctionnant à l’échelle de l’archipel. Cependant, à deux reprises pendant le XXe siècle, la communauté unioniste fut contrainte d’imaginer une Irlande sans les Britanniques. Si, lors de la première crise autour de la Home Rule, l’unionisme bénéficiait de réseaux de solidarité, au niveau national et impérial, ces soutiens avaient très largement disparu lors de la deuxième crise qui éclata dans les années 1960 et qui s’intensifia en 1985 avec la signature de l’Accord anglo-irlandais. C’est à partir de cette époque que certains éléments dans le camp unioniste élaborèrent un discours identitaire destiné à souligner les différences entre l’identité unioniste et la « culture dominante » irlandaise. On peut se demander si cette activité culturelle ne correspondrait pas à celle d’une nation en gestation, dont une des fonctions serait de fournir à la communauté des marqueurs identitaires monnayables en cas de désengagement britannique afin d’obtenir des concessions constitutionnelles ou territoriales.

Abstract : Quis separabit ? How Northern Ireland’s unionists face the menace of a postcolonial future

Whereas the Irish nationalist tradition analyses the relationship between Ireland and Great Britain in the terms of colonial paradigm, unionism insists that the Act of Union (1800) made the island an « integral part » of a new State considering the archipelago as a single unit. However, on two occasions during the 20th century, the unionist community was forced to imagine an Ireland without the British. During the first crisis linked in to the Home Rule question, unionism could call on networks of support in Britain and throughout the Empire. However, this support had all but vanished when a second crisis erupted at the end of the 1960s, becoming particularly intense in 1985 at the time of the Anglo-Irish Agreement. From that period, certain sections of the unionist community began to put together a discourse designed to emphasize on the differences existing between unionist identity and that of the « dominant culture » in Ireland. One might wonder whether this interest in cultural issues does not suggest the emergence of an embryonic nation, one of the objectives being perhaps to give the community distinguishing features that could be used to obtain constitutional or territorial concessions in the event of a British withdrawal.

Cet article sur cairn.info (payant pendant trois ans, gratuit ensuite ; Attention : mise en ligne tardive)


  • Les Auteurs

    Afficher les auteurs en cliquant sur l'initiale de leur nom :
    (Uniquement à partir du numéro 109, second trimestre 2003)
    A B C D E F G H I J K L M
    N O P Q R S T U V W X Y Z

  • Thèmes envisagés

    - Le Maghreb (septembre 2020)
    - Le Brésil (janvier 2021)
    - Climat et Géopolitique (avril 2021)
    - Aérien et spatial (juillet 2021)
    - Islams (non déterminé)
    - Questions… Lire la suite.

  • Abonnements

    « Papier » uniquement :

    - Télécharger et imprimer un bulletin d'abonnement ; ou bien :
    - s'abonner en ligne via Alternatives Économiques (alterabo.fr).

    « Papier » + accès numérique :
    - via cairn.info

  • Trouver Hérodote

    - En version « papier » dans votre librairie : voir lalibrairie.com ou placedeslibraires.fr.
    - En version html et PDF, à l'article ou au numéro sur cairn.info.
    - Dans les bibliothèques universitaires : voir les disponiblités (sudoc).
    - Les numéros anciens et souvent indisponibles sont sur Gallica, le portail de la BNF.

  • Newsletter

    S'inscrire à la newsletter (uniquement les publications d'Hérodote ; désormais distincte de celle de l'Institut Français de Géopolitique).

  • Nous écrire