HÉRODOTE   Accueil
 Abonnement : bulletin | en ligne
  Institut Français de Géopolitique
  Liste de diffusion Hérodote / IFG

Directeurs

Béatrice Giblin,
Yves Lacoste.

Comité de Rédaction


Frédérick Douzet,
Sonia Jedidi,
Barbara Loyer,
Delphine Papin,
Jean-Luc Racine,
Jérémy Robine,
Philippe Subra,
Frédéric Encel.

Thèmes envisagés*

- Asie du Sud-Est
- Géopolitique de la Datasphère
- Afrique sub-saharienne
- Australie
- Islams
- Questions mémorielles
- Le Nil
- Éthiopie


* Attention : il ne s'agit pas de titres de numéros à venir et rien ne garantit que de ces thèmes aboutissent un jour à des numéros. -

Les auteurs

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

Rechercher



 

135 - France, enjeux territoriaux
(Quatrième trimestre 2009)

Voir le sommaire de ce numéro

Géopolitique de la crise guadeloupéenne : crise sociale et/ou postcoloniale ?

Rosan Monza

Résumé : Géopolitique de la crise guadeloupéenne : crise sociale et/ou postcoloniale ?

Les événements qui ont marqué la Guadeloupe durant 44 jours ont eu un retentissement sur la géopolitique interne de l’île en mettant à jour une contestation du fonctionnement économique et politique marqué par une forte injustice sociale (la « pwofitasyon »). Le LKP « lyannaj kont pwofitasyon » (front contre les abus des situations dominantes), avec son leader charismatique Elie Domota, saura conceptualiser et rendre opérationnelle l’idée qu’une contestation unitaire peut être un outil contre les situations d’abus engendrées par les dégâts sociaux collatéraux provoqués par la mondialisation. La société créole postesclavagiste guadeloupéenne est marquée par la domination de l’ethnoclasse béké et de groupes métropolitains tirant profit de leurs situations de rentes et mettant en place des stratégies visant à maintenir leur pouvoir économique monopolistique. Cet article montre aussi les problèmes posés par la gouvernance locale, notamment les confl its entre légitimités représentatives et légitimités populaires dans les DOM, et la nécessaire refondation d’un nouveau pacte républicain entre l’État central français et ses DOM. Il décrypte donc la nouvelle donne géopolitique en Outre-mer en quête de sens et d’un projet politique ambitieux pouvant réconcilier ses territoires, d’une part, avec leur environnement régional et, d’autre part, par une meilleure adéquation de leur statut administratif et politique au sein de l’ensemble national et de l’Union européenne.

Abstract : Geopolitics of the Guadeloupian Crisis : Social and/or Postcolonial Crisis ?

The events that marked Guadeloupe for 44 days had reverberations upon the internal geopolitics of the island by bringing to light a contestation of its economic and political functioning, characterized by strong social injustice (the “pwofitasyon”). The LKP “lyannaj kont pwofitasyon” (Front against the abuses of dominant situations), lead by the charismatic Elie Domota, was able to conceptualize and to effectuate the idea that a unitary contestation could serve as a tool against the abusive situations engendered by the collateral social waste provoked by globalization. Post-slavery Guadeloupian Creole society is marked by the domination of the Béké ethnoclass and of metropolitan groups profiting from their incomes through the installation of strategies aimed at maintaining their economic monopoly. This article also reveals the problems raised by local governance, notably the confl icts between representative and popular legitimacy within the DOM (Over-seas departments), as well as the need for a new republican pact between the central French state and its DOM. The article thus decrypts the new geopolitical scene in Over-seas France in search of its meaning and of an ambitious political project capable, on the one hand, of reconciling these territories with their regional environments and, on the other hand, of finding a better adequation of their administrative and political statuses in the context of the national and European communities.

Téléchargez l’article complet

 

Nous écrire : — abonnements & routage :