HÉRODOTE   Accueil
  Bulletin d'Abonnement
  Institut Français de Géopolitique
  Liste de diffusion Hérodote / IFG

Directeurs

Béatrice Giblin,
Yves Lacoste.

Comité de Rédaction


Frédérick Douzet,
Sonia Jedidi,
Barbara Loyer,
Delphine Papin,
Jean-Luc Racine,
Jérémy Robine,
Philippe Subra,
Frédéric Encel.

Thèmes envisagés*

- Amérique Latine
- Sahel
- Inde
- Migrations
- Islams
- Questions mémorielles
- Le Nil
- Éthiopie
- Afrique sub-saharienne


* Attention : il ne s'agit pas de titres de numéros à venir et rien ne garantit que de ces thèmes aboutissent un jour à des numéros. -

Les auteurs

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

Rechercher



 

139 — Géopolitique du Pakistan
(quatrième trimestre 2010)

Voir le sommaire de ce numéro

Le syndrome pakistanais, ou la quête souvent irréaliste d’une coûteuse parité

Christophe Jaffrelot

Résumé :

Le Pakistan trouve son origine dans la quête de pouvoir d’une élite issue de l’aristocratie musulmane de l’Inde du Nord qui revendiqua après 1857 un statut paritaire avec la majorité hindoue. L’école d’Aligarh de Sir Syed a façonné une culture politique fondée à la fois sur un sentiment de vulnérabilité et un complexe de supériorité vis-à-vis des hindous, justifiant ce statut d’exception (dont un électorat séparé) par l’importance historique des musulmans de l’Inde. Ce répertoire se cristallise avec la théorie des deux nations de Jinnah qui débouchera sur la partition de 1947. Il est recyclé ensuite au plan national à travers le One Unit Scheme de 1955, un des ressorts du séparatisme bangladeshi. Depuis 1947, le Pakistan cherche toutefois surtout à rivaliser avec l’Inde en s’armant à prix d’or, en se donnant une profondeur stratégique en Afghanistan, en « saignant l’Inde » au Cachemire quitte à pactiser avec des groupes islamistes et en se dotant de l’arme atomique. Outre que cette démarche est coûteuse, elle aura été à l’origine de deux partitions et aura favorisé l’essor de mouvements islamistes susceptibles de se retourner contre l’État.

Abstract : The Pakistani syndrome or the largely unrealistic quest for a costly parity

Pakistan largely results from the quest for power of an elite group which emerged from the North Indian Muslim aristocracy and which claimed, after 1857, a status equal to that of the Hindu majority. Sir Syed’s Aligarh school shaped a political culture based on feelings of vulnerability and a superiority complex vis-à-vis the Hindus, justifying their special treatment (including a separate electorate) on the basis of the historical importance of India’s Muslims. This repertoire crystallized with Jinnah’s two nation theory which led to the Partition of 1947. Then, it was recycled at the national level through the “One Unit Scheme” which fostered Bangladeshi separatism. However, since 1947, Pakistan is especially interested in being on par with India by arming itself at great cost, by getting strategic depth in Afghanistan and by “bleeding India” in Kashmir, even if in both cases that meant some collaboration with Islamist groups, and, last but not least, by getting the atomic bomb. This strategy is not only costly, but it has been responsible for two Partitions and fostered Islamist groups which sometimes turn against the Pakistani state.

Cet article sur cairn.info (payant pendant deux ans, gratuit ensuite ; Attention : mise en ligne tardive)

 

Nous écrire : — abonnements & routage :