Le Viêt Nam sera-t-il le meilleur allié des États-Unis en Asie ?

par Pierre Grosser

Après une guerre longue et destructrice, les États-Unis et le Viêt Nam ont normalisé leurs relations en 1995. Mais les questions bilatérales ont bientôt été liées à l’évolution du paysage stratégique en Asie-Pacifique. Avec la montée en puissance de la Chine et le « rebalancing » du président Obama vers l’Asie, le Viêt Nam peut être vu comme un atout pour Washington dans la région, voire comme un allié possible. La politique chinoise d’affirmation de ses intérêts en mer de Chine du Sud pourrait pousser le Viêt Nam dans les bras américains, au nom de la traditionnelle politique d’équilibre des puissances. En effet, les relations entre Washington et Hanoï s’améliorent rapidement. Néanmoins, il reste un certain nombre de points de friction (notamment sur les questions commerciales et des droits de l’homme). Le Viêt Nam ne peut être une priorité pour les États-Unis. Les élites vietnamiennes ne veulent pas choisir Pékin ou Washington. Non seulement parce qu’elles sont encore communistes, mais aussi parce que le passé montre le risque de se lier par des alliances exclusives, parce que les relations avec le grand voisin du nord ont toujours été très particulières, et parce que la diversification des partenariats est, pour le Viêt Nam comme pour la plupart des États d’Asie du Sud-Est, le meilleur moyen de préserver une indépendance difficilement gagnée et d’entretenir la croissance économique.

Abstract : Will Vietnam be United States Best Ally in Asia ?

After a long and destructive war, the United States and Vietnam agreed in 1995 to normalize their relations. But the bilateral issues soon became embedded in the larger Asian strategic landscape. With the rise of China and President Obama’s « rebalancing » toward Asia, Vietnam could be seen as an asset for Washington, and even as an ally. China’s assertive behavior in the South China Sea could push Vietnam into American arms, following the traditional logic of balancing. Indeed, the relationship between Washington and Hanoi is continually improving. However, there are still numerous bones of contention between the two countries (mainly commercial and human rights issues). Vietnam cannot be a top priority for the United States. The Vietnamese elites do not want to choose either Beijing or Washington. Not only because they are still communist, but also because the past teaches that an exclusive alliance is risky, because the relationship with their big Northern neighbor has always been specific, and because the diversification of partnerships is, for Vietnam as for most Southeast Asian States, the best way to safeguard a hard-won independence and to sustain economic growth.

Cet article sur cairn.info (payant pendant trois ans, gratuit ensuite ; Attention : mise en ligne tardive)


  • Les Auteurs

    Afficher les auteurs en cliquant sur l'initiale de leur nom :
    (Uniquement à partir du numéro 109, second trimestre 2003)
    A B C D E F G H I J K L M
    N O P Q R S T U V W X Y Z

  • Thèmes envisagés

    - Le Maghreb (septembre 2020)
    - Le Brésil (janvier 2021)
    - Climat et Géopolitique (avril 2021)
    - Aérien et spatial (juillet 2021)
    - Islams (non déterminé)
    - Questions… Lire la suite.

  • Abonnements

    « Papier » uniquement :

    - Télécharger et imprimer un bulletin d'abonnement ; ou bien :
    - s'abonner en ligne via Alternatives Économiques (alterabo.fr).

    « Papier » + accès numérique :
    - via cairn.info

  • Trouver Hérodote

    - En version « papier » dans votre librairie : voir lalibrairie.com ou placedeslibraires.fr.
    - En version html et PDF, à l'article ou au numéro sur cairn.info.
    - Dans les bibliothèques universitaires : voir les disponiblités (sudoc).
    - Les numéros anciens et souvent indisponibles sont sur Gallica, le portail de la BNF.

  • Newsletter

    S'inscrire à la newsletter commune avec l'Institut Français de Géopolitique (actualités de l'IFG et publications d'Hérodote).

     

  • Nous écrire