L’armée israélienne et ses spécificités géopolitiques

par Frédéric Encel

Au sein même du mouvement sioniste, des courants entiers prônaient originellement un foyer national juif démilitarisé, émettant les plus grandes réserves quant à l’usage de la force par des Juifs, et cela jusqu’aux années 1930. A posteriori, on doit admettre comme ni évidente ni tout à fait novatrice la mise sur pied officielle d’une armée nationale juive, même en pleine guerre d’Indépendance (ou première guerre israélo-arabe), à peine plus de dix jours après la proclamation solennelle de l’État d’Israël. Après presque six décennies d’existence formelle et un palmarès reluisant en combat régulier face aux armées arabes proche-orientales, mais plus mitigé dans le maintien du contrôle sur des populations civiles hostiles (Liban, territoires palestiniens), Tsahal devra sans doute démontrer de nouveau, dans la perspective du retrait de Gaza, de grandes qualités face à ce risque relativement nouveau d’affaiblissement de la loyauté de ses chefs vis-à-vis de l’État du fait de convictions spirituelles. En définitive, l’armée israélienne, instrument de réappropriation de la force souveraine par un certain nombre de Juifs se représentant comme membres d’un peuple - et non seulement comme adeptes d’une confession - est à l’image du pays dont elle est censée défendre les citoyens, les institutions et les frontières : ni angélique, ni satanique, mais intégrant au fond, avec ses fortes spécificités, une réalité géopolitique très complexe.

Abstract : The Israeli Army and its Geopolitical Specificities

Within the Zionist movement, the main adopted idea was of a demilitarized national Jewish community due to a reluctance regarding usage of force by the Jewish population, and that until the 1930s. A posteriori, the setting up of a national Israeli army was neither easy nor innovative, even during an Independence war (or first Israeli-Arab war), nearly ten days after the solemn proclamation of the State of Israel. After nearly six decades of formal existence and a record in regular combats against Arab armies of the Near East, but with a mixed approach on the maintaining of control over hostile civil populations (Lebanon, Palestinian territories), the Tsahal army, in view of the Gaza Withdrawal, will have to face a new risk : the loyalty weakening of army chiefs towards the State due to spiritual convictions. Finally, the Israeli army is an instrument for the reappropriation of the sovereign power by many Jewish people representing themselves as members of a population, and not just followers of one faith, and is corresponding to the image of the country of which it defends the citizens, the institutions and the frontiers : no angel, no demon, but with its specificities deeply integrating a complex geopolitical reality.

Cet article sur cairn.info (payant pendant deux ans, gratuit ensuite ; Attention : mise en ligne tardive)

  • Les Auteurs

    Afficher les auteurs en cliquant sur l'initiale de leur nom :
    (Uniquement à partir du numéro 109, second trimestre 2003)
    A B C D E F G H I J K L M
    N O P Q R S T U V W X Y Z

  • Thèmes envisagés

    - Asie du Sud-Est
    - Afrique sub-saharienne
    - Islams
    - Questions mémorielles
    - Le Nil
    - Éthiopie

  • Abonnements

    « Papier » uniquement :

    - Télécharger et imprimer un bulletin d'abonnement ; ou bien :
    - s'abonner en ligne via Alternatives Économiques (alterabo.fr).

    « Papier » + accès numérique :
    - via cairn.info

  • Trouver Hérodote

    - En version « papier » dans votre librairie : voir lalibrairie.com ou placedeslibraires.fr.
    - En version html et PDF, à l'article ou au numéro sur cairn.info.
    - Dans les bibliothèques universitaires : voir les disponiblités (sudoc).
    - Les numéros anciens et souvent indisponibles sont sur Gallica, le portail de la BNF.

  • Newsletter

    S'inscrire à la newsletter commune avec l'Institut Français de Géopolitique (actualités de l'IFG et publications d'Hérodote).

     

  • Nous écrire